RH By Proselis

Service informatique des compétences informatiques mais pas que

Lorsque le monde de l’informatique est cité au hasard des conversations, c’est bien souvent les aspects hautement techniques du métier qui sont évoqués. Ainsi, par défaut, « l’informaticien » est un spécialiste technique pointu dont l’expertise tourne souvent autour des « nouvelles » technologies ou encore de l’Internet. Cependant, les métiers et les spécialités sont beaucoup plus diversifiés qu’il n’y paraît vu de l’extérieur, souligne Cédric Glapski, Analyste fonctionnel, Gfi Informatique. Qu’il puisse exister une double compétence issue d’une autre spécialité n’est pas forcement évident pour les néophytes, c’est pourtant ce qui fait la grande richesse des métiers de l’ingénierie informatique.
Plusieurs approches pour une reconversion
Aborder l’informatique lorsque l’on vient d’un autre métier n’implique pas forcément d’adopter d’emblée tous les us et coutumes de ce monde d’accueil. Curiosité et ouverture d’esprit restent des qualités qu’il faut sans cesse aiguiser pour ne pas les voir s’émousser. Lorsque le côté technique est maîtrisé, l’orientation vers la gestion de projet et l’analyse est la voie la plus empruntée par les nouveaux arrivants en SSII.
" Un autre point d’entrée consiste à essayer de comprendre plus en profondeur à quelles règles de gestion peut bien obéir le système d’information sur lequel on travaille ", note Cédric Glapski. C’est de là que naît l’intérêt de la compréhension des règles métiers exprimées au travers des règles informatiques puis de la compréhension du métier de l’utilisateur final. Si la route à emprunter est difficile parce qu’elle se confronte aux exigences techniques d’une direction informatique, il faudra rechercher à se documenter toujours un peu plus et essayer de comprendre de plus en plus finement le problème posé, soit via la maîtrise d’ouvrage soit directement par le métier.
La curiosité, moteur de succès
Les enseignements qui peuvent être tirés d’une démarche curieuse sont précieux. Dans le secteur de l’assurance vie, par exemple, quelque soit le nom donné à un acte de gestion, il répondra fondamentalement aux mêmes règles quelque soit le client, puisque gérés par un même ensemble de lois et de décrets. Comprendre comment et pourquoi un produit est géré de telle façon ou de telle autre permet d’être beaucoup plus flexible sur les différents systèmes d’information, une compétence qui fera défaut à un « pur » informaticien.
" Il ne reste plus alors qu’à appréhender techniquement la base de données, et encore ! En réalité il suffit de comprendre comment est organisé le modèle de donnée et de savoir ce que l’on y recherche, poursuit Cédric Glapski. Imaginons que vous investissiez une somme d’argent sur des actions cotées en bourses, quelque soit la société, les règles de calculs qui font évoluer l’investissement sont fixées une fois pour toute. Il suffit alors de savoir où chercher dans le modèle de donnée et de comprendre comment il s’articule pour transposer ensuite les règles déjà apprises ".
Faire dialoguer deux univers
En dehors de la flexibilité qu’elle apporte, cette double compétence peut faciliter grandement la communication entre différents interlocuteurs qui sont soit uniquement techniques soit uniquement utilisateurs de l’outil informatique. La construction d’un meilleur échange permet aussi de mieux cerner les problèmes et d’apporter une réponse adaptée qui pourra satisfaire les deux partis. Comprendre les deux langues à la fois, celle du métier et celle de la technique, permet d’être un interprète et d’expliquer les tenants et aboutissants des projets à chacun des partis en présence.
Un autre intérêt d’une double compétence : devenir proactif et devancer les problèmes soit techniques soit fonctionnels lors de la rédaction des différents types de spécifications. Il est donc possible de limiter dès le départ le nombre d’anomalies ou les problèmes pouvant être rencontrés plus tard lors des phases de tests, d’intégration ou de recette.
Des profils très demandés en SSII
Une double compétence apporte des éléments appréciables d’expertise et de flexibilité lors de missions directement au sein des équipes client (régie) mais permet également de mettre en place un support aux équipes lors de prestations fournies par la société de service à partir de ses propres ressources (forfait). Ces compétences correctement utilisées peuvent s’avérer d’une grande valeur, que ce soit au niveau des relations humaines ou bien dans le domaine de la maîtrise des coûts, en se basant sur l’expérience et le savoir de ces personnes à double facette.
" Les profils qui ont cette double compétence font preuve d’une grande aptitude à travailler en équipe et d’une forte capacité d’adaptation aux différentes problématiques rencontrées chez un client, estime Isabelle Neri, Responsable du recrutement Groupe, Gfi Informatique. De plus, la diversité des modes de pensée et de raisonnement qu’ils ont acquis leur permet de se différencier dans un environnement très concurrentiel. Ceci dit, la double compétence, obtenue dès la formation initiale, est de plus en plus répandue sans doute car elle permet d’augmenter son choix parmi les entreprises et les fonctions, mais aussi d’élargir ses perspectives d’évolutions ".
Il peut arriver que pour certains projets, le mélange des genres soit requis. Se retrouvent alors ensemble les techniciens, les fonctionnels (les personnes appliquant les règles métier en langage informatique) et les gens dit « du métier ». Les uns vont alors programmer, les seconds analyser la conformité du besoin et travailler sur son expression et les gens « du métier » testeront et valideront l’outil informatique en cours d’élaboration. Une méthodologie dite par itération permet ce mélange et le recommande. L’outil informatique est alors élaboré petit à petit par phase successive et de façon dynamique. Il est inutile de préciser combien des profils de double compétence peuvent se retrouver très utiles dans ce type de projet !
Si les profils d’informaticien sont légions, les profils présentant d’autres compétences associées sont souvent plus intéressants car permettant une meilleur flexibilité. Cela est souvent le cas des scientifiques qui se recyclent dans le domaine informatique. Ce qui est recherché alors est la rigueur et les capacités d’analyse propres à ces formations. Ainsi, les SSII ne cherchent pas forcement des compétences informatiques mais plutôt des profils capables d’apprendre et de s’adapter. Elles proposent d’ailleurs très souvent une formation plus ou moins conséquente en début de contrat afin de peaufiner le profil informatique de ses futurs talents.
Un témoignage clé
Marie-Laure Exbrayat, Consultante, Département Solution Transport et Logistique, Gfi Informatique, témoigne. Elle a travaillé pendant 17 ans dans le transport routier et le transport combiné rail-route à destination de toute l’Europe. " Chez le second transporteur où j’ai travaillé, après de multiples rachats d’entreprises, il ne devait plus y avoir qu’un seul logiciel de planification de transport (TMS ou transport management system) pour remplacer tous les logiciels existants. Il fallait un directeur de projet pour faire le lien avec l’éditeur, former les utilisateurs de toute l’entreprise… et c’est comme cela que je suis tombée dans l’informatique ".
Après 12 années passées à ce poste, elle a décidé de prendre un nouveau départ au sein d’une SSII. " Je suis arrivée chez Gfi Informatique en octobre 2010, et j’ai beaucoup appris au niveau purement informatique. Mais en clientèle je retrouve des problématiques bien connues ! Je donne aux clients mon expérience acquise après 17 ans dans la logistique, mon rôle est avant tout de faire du conseil. Au sein de la SSII, je suis un traducteur-interprète du besoin du client. J’explique au développeur ce que ce dernier attend du logiciel. Quand on écrit des spécifications fonctionnelles, ma double compétence me permet d’être au plus prêt du besoin, de cibler en posant des questions très précises et au final de gagner beaucoup de temps de développement. Mon rôle est complémentaire de celui des purs informaticiens ".
Ce travaille avec des développeurs qui ne connaissent pas du tout l’univers du transport et de la logistique, est essentiel ne serait-ce qu’au niveau du vocabulaire, des règles de gestion, de la législation très changeante et contraignante.
Source: infoDSI.com
2012-06-27_Informaticien_chez_Proselis
Pour les clients qui font appel à un prestataire informatique, en  particulier dans le domaine du service, de l'ingénierie,  « l’informaticien idéal» est la plupart du temps un spécialiste technique pointu dont l’expertise tourne autour des nouvelles technologies et/ou d'Internet.

Un article publié par info dsi.com rappelle que bien d'autres compétences peuvent être utiles dans ce métier de services, et aussi des qualités indispensables comme la curiosité, pour comprendre comment fonctionne le système d'information du client ou l'ouverture d'esprit pour être capable de proposer un système qui soit en phase avec la culture du client. 

En fait, si la maîtrise de l'informatique est indispensable, gérer un projet, être capable d'analyser et de proposer est également utile. 
Il est aussi important d'avoir des compétences en communication, pour être capable de dialoguer avec des interlocuteurs qui sont soit purement techniques soit uniquement utilisateurs de l’outil informatique. Cela  permet  de mieux cerner les problèmes et d’apporter une réponse adaptée qui pourra satisfaire les deux partis. Enfin, l'informaticien doit devenir proactif et devancer les problèmes soit techniques soit fonctionnels lors de la rédaction des différents types de spécifications. Il est donc possible de limiter dès le départ le nombre d’anomalies ou les problèmes pouvant être rencontrés plus tard lors des phases de tests, d’intégration ou de recette.


Cet article rejoint bien la conception du service informatique by Proselis. Les informaticiens : des interpretes-traducteurs des besoins du client, des psychologues à l'écoute des problèmes rencontrés par les utilisateurs, des médecins au chevet de l'entreprise pour proposer un traitement efficace! Si vous voulez tout ça, en plus de la compétence informatique, demandez-le à Proselis, mon service informatique.

Proselis recrute assurément !

Photo_Boussole_S_Runion_Proselis_202_x_303Depuis un an que la boîte mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. est opérationnelle et que les candidats ont la possibilité de déposer leur candidature en ligne, ce sont près de 200 candidats qui ont ont tenté leur chance. Informaticiens, commerciaux ou étudiants à la recherche de stages, tous les CV reçus ont été lus, toutes les lettres de motivations examinées.

Résultats :
à l'issue des entretiens et des tests - et oui, pour faire partie de l'équipe Proselis, dire ce que l'on sait faire ne suffit pas, encore  faut-il le prouver et avec le sourire  :) 3 stagiaires et 4 collaborateurs recrutés en un an.

Proselis, mon service informatique, rime en effet  avec professionalisme, bienveillance et courtoisie. Si vous pensez être capable de remplir ce challenge avec nous au quotidien, vous êtes les bienvenu ( e ) s!

Proselis développe mon service informatique

Afin de  répondre à vos demandes de plus en plus nombreuses en matière d'Assistance informatique, Proselis développe encore l'équipe et accueille Julien. Administrateur réseau,  Nantais d'origine, Julien compte quelques années d'expérience à son actif au sein de sociétés de services informatiques. Après Nicolas, Clement, David, Thierry, Lesly et Damien vous pourrez donc également compter sur Julien.
Merci à vous tous de votre fidélité et merci de réserver le meilleur accueil à votre nouvel informaticien !
2012-06-04_Proselis_developpe_mon_service_informatique

Afin de  répondre à vos demandes de plus en plus nombreuses en matière d'Assistance informatique, Proselis développe encore l'équipe et accueille Julien. Administrateur réseau,  Nantais d'origine, Julien compte quelques années d'expérience à son actif au sein de sociétés de services informatiques.

Merci à vous tous de votre fidélité et merci de réserver le meilleur accueil à votre nouvel informaticien !

Le teletravail encore experimental en France et pourtant

e cabinet Greenworking vient de rendre les conclusions d’une étude sur le télétravail commandée l’été dernier par Éric Besson, lorsque celui-ci était encore ministre chargé de l’Industrie, de l’Energie, et de l’Economie numérique. Des données tirées auprès de 20 grands groupes français, représentant un total de plus de 6 200 télétravailleurs, il ressort que le télétravail dans les grandes entreprises n’est qu’au début de la phase de déploiement. 75 % des employeurs sondés sont en effet encore au stade de l’expérimentation, avec des projets pilotes concernant entre 30 et 200 salariés.
Un management du contrôle
On apprend également dans l’étude que le taux de télétravailleurs parmi la population active française serait de 12,4 %, bien loin des scores enregistrés dans les pays scandinaves ou anglo-saxons. « Si la France apparaît très en retard en matière de télétravail par rapport à d’autres pays occidentaux, c’est principalement en raison des difficultés et des craintes exprimées par les managers de proximité, constatent les auteurs de l’étude. En effet, la culture managériale française qui repose encore trop souvent sur le contrôle et le micro-management n’est pas compatible avec le management à distance qui exige, lui, confiance et management de l’autonomie. »
Un gain de producitivité
Pourtant, ce nouveau mode d’organisation ne manque pas d’avantages pour le salarié et l’entreprise. Si cette dernière doit investir 1 370 € en moyenne pour la mise en place d’un télétravailleur, le retour sur investissement se fait sur le gain de productivité évalué à + 22 %. S’ajoutent à cela les 37 minutes de temps moyen de transport réaffectées à la vie familiale du télétravailleur, et les 45 minutes consacrées, elles, à l’allongement du temps de sommeil. Des avantages que toutes les parties prenantes apprécient à leur juste valeur avec un taux de satisfaction de 96 % parmi les télétravailleurs, managers et employeurs.
Récréer un espace temps
Pour comprendre une telle unanimité, il faut se pencher sur les conditions de travail induites par le télétravail. « La généralisation de l’open space et la diffusion des Technologies de l’Information et de la Communication ont eu des effets pervers très pénalisants pour la productivité : sentiment d’urgence permanent, infobésité, interruptions intempestives, addictions, difficultés à prendre du recul…, soulignent les auteurs de l’étude. Le télétravail pendulaire permet de recréer un espace-temps où le travailleur de la connaissance peut s’extraire du brouhaha professionnel, du flot incessant de perturbations et donc éviter la surcharge cognitive. C’est aujourd’hui l’un des principaux bénéfices du télétravail au même titre que la réduction des temps de transport. »
Repenser le bureau
Autre tendance observée dans l’étude : le télétravail bouleverse profondément le modèle du bureau traditionnel, qui avec un taux d’occupation moyen de 45 %, affiche de plus en plus ses limites financières et écologiques. « En achevant l’unité de lieu et l’unité d’action au travail, le télétravail contraint à repenser complètement le lieu de travail qui ne va plus seulement se résumer à une tour de bureaux mono-entreprise mais à un mix de différents types d’espaces qui auront chacun leurs avantages et leurs inconvénients : le bureau de l’entreprise qui sera un hub de rencontres et d’échanges intensifs, le domicile pour se concentrer et éviter les déplacements, et enfin les tiers-lieux de travail qui offriront un nouveau lien social avec son écosystème professionnel et un lieu de passage idéal en situation de mobilité », concluent les auteurs de l’étude.
2012-05-30_Teletravail
Le cabinet Greenworking publie les résultats d’une étude sur le télétravail commandée fin 2011 par Éric Besson, ministre chargé de l’Industrie, de l’Energie, et de l’Economie numérique.
Une enquête réalisée auprès de 20 grands groupes français et  6 200 télétravailleurs.

Résultat :
75 % des employeurs sondés sont encore au stade expérimental avec des projets concernant entre 30 et 200 salariés.
La France est en retard dans ce domaine - Voir le précédent article à ce sujet.

La principale raison : la culture managériale française qui repose encore trop souvent sur le contrôle n'est pas compatible avec le management à distance qui exige confiance et management de l’autonomie.


Pourtant le télétravail est synonyme d'amélioration de la productivité de l'entreprise, de meilleures conditions de travail pour le salarié...

Fichiers personnels au bureau : Les bonnes pratiques

La Cour de cassation a rappelé dans un arrêt que tous les documents d'un poste de travail peuvent être ouverts par un patron à l'insu de l'employé, à l'exception des fichiers nommés personnels. Explications.
Au bureau, gare aux fichiers personnels et autres informations sensibles. Contrairement à certaines idées reçues, un employeur a tout à fait le droit de consulter l'intégralité du disque dur du poste de travail de ses employés, et ce sans leur demander l'autorisation. Les fichiers récoltés (images ou films pornographiques le plus souvent, mais aussi documents prouvant des contacts avec la concurrence ou dénigrant l'entreprise auprès de tiers) peuvent alors servir de preuves pour un licenciement. Seule exception: les fichiers personnels.
Mais comment détermine-t-on qu'un fichier est personnel? La Cour de cassation a rendu à cet effet plusieurs arrêts au cours des dernières années. Le dernier en date, rendu jeudi, explique qu'un fichier rangé dans un dossier nommé «Mes documents» ne peut pas, malgré sa dénomination, être considéré comme personnel, et peut donc être consulté librement par le supérieur de l'employé visé.
Nommer son dossier avec ses initiales ou son prénom ne suffit pas non plus. La Cour de cassation a rendu deux décisions en 2009 expliquant que ces dénominations ne suffisaient pas à identifier ces dossiers comme étant privés.
Les fichiers personnels peuvent être consultés en présence de l'employé
Pour s'assurer que certains fichiers ne peuvent pas être consultés à son insu par son employeur, l'employé doit créer un dossier nommé «Personnel». Pour plus de sécurité, mieux vaut également ajouter la mention «Personnel» dans le nom des fichiers contenus dans le dossier.
Mais attention! Si l'employeur n'a pas le droit de consulter les dossiers «Personnel» sans demander l'autorisation de son employé, cela ne veut pas dire qu'il n'a pas droit de regard. La Cour de cassation a rappelé à plusieurs reprises que l'ouverture de ces dossiers devait se faire en présence de l'employé, ou suite à un appel téléphonique visant à le prévenir, «sauf risque ou événement particulier justifiant l'atteinte à la vie privée».
Mieux vaut donc faire preuve de prudence en ne laissant rien traîner sur son poste de travail en dehors de ses documents professionnels. Si un document sensible doit transiter par votre poste de travail, transférez-le sur un support vous appartenant, comme un disque dur externe, une clé USB ou votre smartphone ... personnel.
2012-05-15_gestion_des_donnes_personnelles_au_bureau
La Cour de Cassation a récemment rappelé dans un arrêt que tous les documents d'un poste de travail informatique  peuvent être ouverts par un patron à l'insu de l'employé, à l'exception des fichiers nommés Personnels.

Au bureau, un employeur a le droit de consulter l'intégralité du disque dur du poste de travail de ses employés sans leur demander l'autorisation. Les fichiers récoltés, s'il s'agit de films, documents de contenu réservé aux adultes, de documents prouvant des contacts avec la concurrence ou dénigrant l'entreprise auprès de tiers, peuvent alors servir de preuves pour un licenciement.
Il existe une seule exception : les dossiers et les fichiers nommés Personnel.
Les fichiers personnels peuvent être consultés mais seulement en présence de l'employé "sauf risque ou événement particulier justifiant l'atteinte à la vie privée".

Une règle de bonne gestion de nos données personnelles consiste bien entendu à les stocker sur un disque dur, une clé, un ordinateur ou un smartphone ... personnel.

Suivez et rejoignez Proselis sur Facebook